Mamyveline's blog

Les publicités que vous voyez sur ce blog sont indépendantes de ma volonté. Si, tout comme moi, elles vous dérangent, naviguez avec  le module Adblock, vous ne devriez plus les voir.
Bonne lecture !

Posté par mamiline à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 avril 2020

Pour info.

Un avis qui en vaut bien d'autres : 

Honfleur : Guérie du covid-19, le Dr Alexanian exprime sa colère face à la gestion de la crise sanitaire

 

Céline Alexanian est médecin généraliste à Honfleur (Calvados). Après avoir contracté une forme sévère du Covid 19, elle témoigne et s'insurge contre la prise en charge globale.

 

 

Le Dr Alexanian, médecin généraliste à Honfleur ayant contracté le virus, ne décolère pas face à la gestion de la crise.Le Dr Alexanian, médecin généraliste à Honfleur ayant contracté le virus, ne décolère pas face à la gestion de la crise. (©C.A.)

Dr Alexanian, vous êtes médecin généraliste au centre médical de Honfleur (Calvados). Vous avez contracté le covid-19 et êtes tombée malade. Tout d’abord comment vous sentez-vous aujourd’hui ?
 » Je vais beaucoup mieux, je reprends d’ailleurs le travail demain (NDLR : lundi 6 avril 2020).

Comment vous êtes-vous rendu compte que vous aviez le virus ?
Tout a commencé le lundi 20 mars. Au départ j’ai eu des petites courbatures, pas très graves, et deux jours après, j’ai ressenti une oppression thoracique, des essoufflements, une grosse fatigue, puis de la toux dans un deuxième temps, mais pas de fièvre pour ma part. J’ai passé un scanner à Pont-Audemer (Eure) et on a découvert que j’avais trois foyers de pneumonie. Entre-temps, j’ai aussi contaminé mes trois enfants. Il m’a fallu moins d’une heure pour décider de prendre le traitement du Pr Raoult testé à l’IHU de Marseille : hydroxychloroquine combiné à l’antibiotique azithromycine. De toutes façons, c’était soit je tente quelque chose soit je décide de ne rien faire. 

« J’avais un apriori plutôt positif sur l’hydroxychloroquine »

Comment avez-vous pu vous procurer ce traitement controversé ?
J’avais entendu parler de ce traitement effectivement controversé, et j’avais un apriori plutôt positif par rapport aux tests menés à Marseille. J’ai été conseillée par d’autres médecins pour les dosages, je me suis documentée sur Internet, et me le suis auto-prescrit. J’ai eu beaucoup de chance car 48 h après, il est devenu interdit aux médecins généralistes en France de prescrire ce traitement, qui, je le rappelle, jusqu’à mi-janvier, était en vente libre sans ordonnance dans les pharmacies. Et aujourd’hui on dit qu’il serait très dangereux ? C’est une aberration !

Lire aussi : Les traitements expérimentaux contre le coronavirus ne doivent être utilisés qu’à l’hôpital

Le traitement a-t-il été efficace ?
Oui. J’ai pris le traitement pendant 8 jours. Au bout de 48 h, mes symptômes ont vraiment diminué. Je suis très contente d’avoir pu le suivre. Au bout de deux semaines, je n’ai plus rien. 

Comment vont vos enfants ?
Mieux aussi, mais ils ont eu une forme mineure du Covid comme souvent chez les enfants : trois jours de toux avec un petit 38 de fièvre. 

« L’idée n’est pas de faire de l’automédication »

Avez-vous eu des effets indésirables comme l’avancent les détracteurs de l’hydroxychloroquine ?
Non. J’ai passé néanmoins des électrocardiogrammes pendant le traitement où effectivement il y a eu des petites modifications, mais pas de quoi s’alarmer donc j’ai continué le traitement. Effectivement, il ne faut pas faire n’importe quoi avec les médicaments quels qu’ils soient. Si vous prenez trop de Doliprane, il y a des risques aussi. L’idée n’est pas de faire de l’automédication.

Lire aussi : Hydroxychloroquine en automédication : mise en garde après des cas de toxicité cardiaque

Vous rejoignez le collectif porté par l’ancien médecin et ministre de la santé Philippe Douste-Blazy qui publie une pétition en faveur de la chloroquine ?
Evidemment. Nous sommes médecins, c’est notre boulot au quotidien de prescrire des médicaments en fonction de chaque patient. Qu’on nous rende notre liberté d’exercer. Si on nous autorise à la prescrire, ça ne veut pas dire qu’on va la donner à tous nos patients !

Lire aussi : Une pétition lancée par Philippe Douste-Blazy, ancien maire de Toulouse, pour la chloroquine

Avant de tomber malade, avez-vous eu des cas de Covid-19 en consultation au cabinet ?
J’ai eu des suspicions de cas, et c’est tout là l’enjeu et le problème de la prise en charge globale. On ne peut pas tester les gens, on ne peut pas leur délivrer de masques pour qu’ils évitent de contaminer leurs proches, et on ne peut pas leur prescrire de traitement. C’est très perturbant. La seule chose qu’on peut faire c’est les diriger vers l’hôpital en cas de symptômes graves. Je suis hyper en colère !

Il semblerait que les stocks de ces médicaments soient réquisitionnés pour les cas graves à l’hôpital ?
Je pense que nos politiques n’ont fait que de la gestion de pénurie, comme les masques, les tests et maintenant l’hydroxychloroquine. Quand on n’a pas les bons outils à disposition, on dit qu’on n’en a pas besoin en se basant sur des réflexions pseudo-scientifiques ».

Propos recueillis par Delphine REVOL

Lire aussi : Chloroquine : le CHU d’Angers et 32 hôpitaux lancent une nouvelle étude sur 1300 patients

Source : https://actu.fr/normandie/honfleur_14333/honfleur-atteinte-covid-dr-alexanian-exprime-colere-face-gestion-crise-sanitaire_32805951.html?fbclid=IwAR0CDN7ibEFOzKiX9iy2wnirEQDyOZYBmvhqT9pu-YoSUvmPFGK4EgXxliM

Posté par mamiline à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Contre vérités concernant le port des gants.

Ci-dessous, petite vidéo du Professeur Salomon en date du 18 mars 2020, à déguster sans modération.

Je me demande pour qui nous prennent-ils ces sinistres personnages ? On nous rebat les oreilles de la façon dont on doit se laver les mains, et il semblerait que nous soyons, sans doute péniblement, capables de comprendre comment un lavage de mains doit être fait pour être efficace. Á contrario, nous sommes incapables de nous fabriquer un gel hydro-alcoolique, c'est tellement compliqué, n'est-ce pas ? La plus grande difficulté pour ce faire consiste à disposer effectivement d'alccol, mais une fois cette étape franchie, il y a là encore un abus de pouvoir. C'est un peu comme si ON nous disait qu'on ne peut pas faire de pain maison, car seul le boulanger sait faire un bon pain.

Ah ! voilà que je m'égare. Revenons au sujet qui me préoccupe : les gants.
ON nous prévient :

Attention à la mauvaise utilisation des gants (source : BFM)

Dans son point mardi soir, Jérôme Salomon est également revenu sur l'utilisation des gants par certains Français, au même titre de protection du virus que le masque. Il s'agit moins ici d'éviter la pénurie que d'avertir sur la mauvaise utilisation de cette protection, qui peut entraîner la contamination.

"Quand on porte des gants on a potentiellement du virus sur les mains et ensuite on se touche le visage, on a des contacts avec des gens", explique le Directeur Général de la Santé. Alors "on contamine son environnement, on contamine les personnes avec qui on a des interactions, et en plus on se touche souvent le visage sous le masque donc on se contamine massivement en pensant être protégé".
Et au cas où nous n'aurions pas encore bien compris : A la question de savoir si le port de gants en caoutchouc dans les lieux publics permet d’éviter l’infection, l'OMS répond: "Non. Le fait de se laver les mains régulièrement protège mieux contre le Covid-19 que le port de gants en caoutchouc". Le problème avec les gants vient surtout de la mauvaise utilisation qui en est faite, et qui ne protège pas: "Le virus peut se trouver sur les gants et il y a un risque de contamination si vous vous touchez le visage avec les gants.

Il ne serait donc pas possible d'avertir les Français, que lorsqu'ils portent des masques ils ne doivent surtout pas se toucher le visage (tout comme lorsqu'ils n'ont que leurs mains pour se protéger), que les gants seront potentiellement porteurs du virus dès la première utilisation (tout comme les mains), et qu'il faut d'une part les retirer avec récaution et surtout, se laver les mains (exactement comme si on n'avait pas mis de gants) immédiatement après les avoir ôtés.

Et que fusent les fausses bonnes idées : les aliments vous pouvez les contaminer dès lors que vous avez touché un aliment déjà contaminé dans le rayon. Ah ! ben ça alors ! Je n'y avais pas pensé. On ne me dit pas que mes gants seront plus contaminants que mes seules mimines, ni que mes petites mimines contaminées propageraient moins le coronavirus que mes gants (ce qui est exactement la même chose, mais puisqu'il semble qu'il faille nous expliquer longtemps pour que les informations arrivent à notre cerveau, autant se répéter).

Bon sang, c'est parce que nous avons parfaitement compris qu'en touchant quoi que ce soit, nous pouvons nous faire contaminuer puis polluer à notre tour tout ce que allons toucher, que les gants sont utiles. Ils sont utiles parce qu'ils sont une première barrière entre le virus et notre peau ; à nous de prendre toutes les précautions nécessaires ensuite. Ils sont utiles parce que lorsque je vais vouloir me toucher le visage, ils vont agir un peu comme un feu rouge, du simple fait que je ne suis pas habituée à les porter, ils vont me dire "NON STOP, tu allais te toucher le visage, oublie immédiatement". Et ce serait inutile, voire contre productif ?

Heureusement, actuellement il y a rétropédalage. Mais si j'analyse correctement les faits, ne serions-nous pas en train de prouver que le petit peuple serait plus rapide à comprendre quelles sont les bonnes attitudes à adopter que nos Immenses sachant, où les GRANDS MENTEURS DIPLÔMES SGDG.

Pour en rire, une des perles de mars 2020 : 

Et si vous n'aviez pas encore compris qu'il vaut mieux toucher les barres dans les transports en commun avec vos paluches plutôt qu'avec des gants jetables, on vous le répète :

03 avril 2020 : Faut-il porter des gants ? "Non, répond l'Organisation mondiale de la Santé. Le fait de se laver les mains régulièrement protège mieux contre la COVID-19 que le port de gants en caoutchouc. Le virus peut se trouver sur les gants et il y a un risque de contamination si vous vous touchez le visage avec les gants." Les gants peuvent servir de support au virus après souillage par des gouttelettes (les sécrétions respiratoires qu'on émet quand on tousse, éternue, ou discute), qui sont le moyen de transmission du coronavirus. "

Vous l'aurez compris, pour moi, il en est des gants comme il en a été des masques lorsque j'ai décidé de fabriquer mes masques, JE FAIS CE QUI ME PLAIT.

Bonne journée à vous, et n'oubliez pas de faire comme vous avez envie.

Posté par mamiline à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

En période de confinement c'est le bon moment pour apprendre à ne pas se préoccuper des potins.

Je vous le disais dans mon dernier article, pensez à vous, et n'attachez aucune importance au jugement des gens bien-pensants.

Faites ce qui vous plait.

Tai-chi-chuan : la méditation en mouvement - DoctissimoJ'ai décidé de passer du temps en m'intéressant à des disciplines un peu...  étranges comme la méditation, le Qi Gong, le Taï Chi, la relaxation, voire au yoga. Hors certaines de ces disciplines sont d'autant plus intéressantes qu'on les pratique en extérieur.  Toute personne ayant pratiqué peu ou prou vous encouragera à profiter du beau temps pour sortir dans votre jardin, sur votre balcon ou à votre fenêtre grande ouverte.

Rien de tel pour s'attirer une réputation d'originale, de pas nette dans sa tête... Il fait beau en ce moment. Certes, je ne m'expose pas de façon ostensible, mais je ne me cache pas non plus. Si tôt ou tard il arrive à mes oreilles des jugements moqueurs, je me ferais un plaisir de proposer aux conformistes de m'accompagner dans la découverte de nouvelles activités.

Babelminute0 | Le tai-chi : un sport particulier

C'était mon message tout personnel qui n'a que pour but de vous encourager à faire fi des commérages et des a priori. 

Vivez pour vous, prenez soin de vous, affirmez vous, ce faisant vous ferez du bien à votre entourage, soyez en bien convaincus.

Posté par mamiline à 07:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 avril 2020

Protégez-vous bien les gens.

Restez chez vous, lavez-vous les mains.

Je vous indique en fin d'article une vidéo d'un Français qui vit en Chine et qui nous livre son expérience.

Avant toute chose, je vous parle de ce que personnellement je fais, indépendamment de ce que nos adorables dirigeants nous disent ; pour annoncer fièrement le contraire une demi-journée plus tard.


Coronavirus en Grand Est : dix raisons de ne pas paniquer

Selon moi, la première règle à garder en tête, c'est qu'on ne doit en aucun ca se préoccuper du regard des autres, de ce que pense ou ne pense  pas notre entourage.

FAITES CE QUE VOUS PENSEZ BON POUR VOUS.

Dans un second temps, si vous ne l'avez pas encore fait, essayez de vous céer "une zone de décontamination". Quand on habite dans une maison, c'est assez facile, il y a la plupart du temps, une cave, un garage, une pièce dans laquelle nous ne vivons pas. Il est mportant de garder à l'esprit que cette zone est essentiellemnt un endroit dans lequel nous ne séjournons pas. En effet quelques heures après une éventuelle contamination, le virus serait semble-t-il mort. Ce qui d'ailleurs n'est vrai que pour le moment, les sacro-saints experts changeant d'avis plus vite que de chemise...

Donc si vous vivez en appartement, idéalement, il faudrait pouvoir transformer l'entrée de l'appartement en "zone de décontamination" parce qu'une fois rentrés chez vous, en période de confinement vous n'avez plus garnd chose à faire dans cette pièce. La difficulté étant que bien souvent cette pièce est une pièce ouverte et ne saurait donc convenir. C'est là qu'intervient le mental. Si par un pur hasard vous aviez un balcon qui pourrait convenir, vous êtes sauvés. Mais là aussi, en principe il faut traverser tout l'appartement pour y accéder, donc, vous n'avez pas intérêt à l'utiliser, le mieux étant de le réserver pour profiter du soleil.

Architecte Dplg | France | Isabelle Mouillefarine

 

Dans ce cas, la seule solution à votre portée est votre cage d'escalier. En effet, vous pouvez utiliser cette partie de l'immeuble. Pour vous y habiller et vous déshabiller, prévoyez une tenue légère dans laquelle vous resterez visible par tout le monde (un tee-shirt fin et un petit short par exemple, pyjacourt que vous devrez garder sous vos vêtements, et si vous êtes très courageux, votre maillot de bain. Bref à vous de choisir votre tenue. )

Pyjashort fille (Ens. 4 pces.), bpc bonprix collection

 Enuite, en rentrant de votre sortie, vous déposez vos vêtements potentiellement souillés, y compris les chaussures, dans un panier, sur lequel vous écrivez "vêtements covid".  Il y a fort à parier que personne ne s'en approchera. Quoique... de nos jours... et bien évidemment, vous laissez votre panier hors de votre appartement. Vous le rentrerez beaucoup plus tard et vous n'y toucherez pas jusqu'à votre prochaine sortie où pour le lavage en machine.

Je vous le répète, peu importe que votre voisin, votre voisine, regarde par le judas ce que vous faites quand vous sortez de chez vous. Au mieux faites lui savoir avec une jolie boutade et un grand sourire, que vous profitez de cet endroit pour garder votre maison propre, où je ne sais quel autre argument, plus il sera farfelu et mieux il passera, genre "c'est ça ou Chéri-e, m'oblige à rester dehors... "

Quand on sort, on quitte son appartement en "petite tenue digne" et on s'habille sur le palier, quand on rentre, on retire tous ses vêtements, on les mets dans son panier et on rentre sans ses chaussures et sans les vêtements qu'on réserve aux sorties et on rentre chez soi dans la tenue qu'on portait en sortant. Ne vous étonnez pas si les premières fois la manœuvre est plus compliquée qu'il n'y parait, les automatismes s'acquièrent rapidement.
On se lave les mains, après déshabillage total et avant de rentrer dans son appartement.


Décoration murale chien et chat. stickers chien. stickers chat.MAIS AVANT DE RENTRER CHEZ SOI, et avant l'ultime lavage de mains
, il faut retirer correctement son masque, en ne touchant que les attaches, et si c'est un masque réutilisabble, soit le mettre dans un sac plastique, soit le déposer dans une petite bassine préparée avant votre sortie, qui contient une solution d'eau de javel. En tout état de cause, le sac plastique devra être préparé avant votre sortie, dans votre hall d'immeuble (la javel risquant d'être sujette à controverse en raison des animaux de compagnie, bien que là encore... les animaux ne devraient pas entrer et sortir seuls, mais on connait les Français).

Donc s'il y a des animaux et il y a fort à parier qu'entre les chiens et les chats vous ne pouvez pas y couper, évitez tout sujet à polémique. De manière générale, faites passer les messages avec le sourire et  ne vous mettez personne à dos. Nous n'avons pas besoin de discussions houleuses en ce moment, n'est-ce pas ?

Toute la mécanique telle qu'elle est expliquée pour les appartements vaut également pour les garages, sous-sol... dans la maison. Il faut tout laisser dans cette zone, et n'y aller que rarement ou longtemps après le retour dela sortie, pour laisser le temps au virus de s'auto-détruire.

Enfin, comme je vous le disais je vous propose une vidéo, pleine de très bonnes idées (je ne vous cache pas que c'est cette vidéo qui m'a convaincue de faire ce que bon me semblait, et notamment les masques dont on me disait : surtout pas, c'est contre productif). Elles se révèlent exactes et réalistes au fur et à mesure de l'évolution de nos connaisances.

Bon visionnage et surtout prenez bien soin de vous.

Posté par mamiline à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 avril 2020

Les masques DIY - 2.

https://photos.lci.fr/images/1280/720/masque-fabrice-b399bb-0@1x.jpeg

Le 25 mars, je posais la question des masques DIY  dont on dit maintenant qu'ils seraient "alternatifs".
Rétropédalage, sport national, de nos chers spécialistes en tout genre.

Entrefilet du journal La provence :

Coronavirus : le port d'un masque alternatif désormais recommandé

Volte-face. Alors que le gouvernement répétait depuis le début de la crise que les masques n'avaient aucune utilité pour les individus non-porteurs de la maladie, le discours est en train d'évoluer. "Nous encourageons le grand public, s'il le souhaite, à porter (...) ces masques alternatifs qui sont en cours de production", a affirmé hier soir le numéro 2 du ministère de la Santé, le Pr Jérôme Salomon. 

L'Académie de médecine estimait un peu plus tôt de son côté que porter un masque "grand public" ou "alternatif" aux masques médicaux devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement et lors de sa levée. "En France, dans ce contexte, le port généralisé d'un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur", a estimé hier l'Académie.

Dans le poste aussi, "ils" nous l'ont dit, vous avez le droit de faire votre masque et de le porter. Il serait surtout utile si 60% de la population se protégeait avec un masque. 

Sans titre 1

 Pour être efficace, un masque en tissu doit se porter de la bosse du nez jusqu’en dessous du menton

Par contre, il faut respecter des règles d'hygiène très strictes. Je vais tenter de lister les plus évidentes.

- Garder présent à l'esprit que le masque n'est pas une protection absolue (surtout pas pour vous-même d'ailleurs),

- Ne négliger aucun des gestes barrière dont on nous parle depuis le début de l'épidémie (lavage des mains, etc... )

- Mettre et retirer le masque uniquement en le tenant par les liens ou les élastiques,

-Ne le garder que peu de temps (1 heure environ),  [Ils doivent être changés toutes les trois heures : portés plus longtemps, ils s’humidifient et favorisent la transmission orale du virus pour qui les porte]

- Ne pas le retirer et le remettre, ne pas le toucher avec vos mains quand vous le portez,

- Ne pas se toucher le visage pendant le port du masque (et d'ailleurs se pas se toucher le visage sans masque),

Une hygiène draconienne doit être associée à leur utilisation :

Ramenés à domicile, ils peuvent être porteurs de germes pour l’entourage familial s’ils sont déposés dans l’évier de la cuisine ou de la salle de bains, des milieux humides qui favorisent le développement du virus. Avant lavage, ils doivent donc être mis dans un sac plastique fermé.

- Le désinfecter entre deux utilisations, en le lavant avec votre lessive habituelle à 60° et bien le sécher, enfin le repasser est une manière supplémentaire de tuer virus et bactéries,

- Ne pas oublier de se laver les mains avant de mettre son masque, je le rappelle en le prenant par les élastiques, et se laver les mains après l'avoir retiré en prenant vraiment soin de ne toucher que les attaches et non pas en touchant le tissu.

Je me permets de rappeler que si 60 % de la population porte un masque, nous aurions une protection supplémentaire, alors si vous avez envie de participer à cette solidarité, ne vous posez pas autant de questions que moi fin mars, foncez, cousez. Pour ce qui me concerne j'avais trouvé ma juste réponse  😉

PDF patron du masque : https://cecilediy.com/wp-content/uploads/2020/03/Masque-craftpassion.com-version-FR2.pdf

Masque

Un vidéo intéressante : https://www.youtube.com/watch?v=xvYb60cUZkA

 

Posté par mamiline à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vitamine C naturelle.

Sans titre 1

En cette période de pandémie où nous avons tellement besoinde vitamine C  pour booster nos défenses immunitaires, pour ce midi j'ai préparé une salade d'endives "d'inspiration" libanaise.

Qu'a-t-elle de libanais ma salade ? Rien. Si ce n'est le persil puisque dans cette salade, en référence au taboulé libanais, contient pratiquement autant de persil que d'endives ; et pour le plaisir j'y ai ajouté quelques feuilles d'aildes ours.

Bon appétit à tous, et prenez bien soin de vous, tout  geste barrière étant bon à prendre.

Posté par mamiline à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2020

Comment endormir les peuples.

Magistral. Je ne pense pas que tout un chacun puisse y croire. Mais pourtant, c'est bien le langage utilisé pour nous anesthésier, et ça marche.

Posté par mamiline à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2020

La raison de ma colère.

Personnellement, si je suis indignée de voir tout ce qui se passe actuellement dans les hôpitaux français, ce n'est pas ce qui me contrarie le plus.

Puisque j'ai décidé (UNILTÉRALEMENT) de livrer ici mes opinions, je vais commencer par intégrer ci-dessous une vidéo d'un infirmier de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil. Il dit à sa façon les choses telles que je les conçois.

Non, le pire ce n'est pas que les masques n'arrivent pas, le pire, c'est que depuis NOVEMBRE 2018, des voix se sont élevées pour dire que nous sommes gouvernés par des ripoux qui dépouillent la FRANCE. Depuis un certain temps des hommes et des femmes qui ne bougeaient pas, ou pas assez ont pris des risques, sont allés dans la rue pour dire la même chose. (Avocats, pompiers, enseignants, agriculteurs).

Aux dires des merdias, il n'y a plus de mouvement gilet jaune : menteurs.

Le pire c'est le pillage systématique des richesses françaises, et elles sont nombreuses, par l'olligarchie. Le pire ça a été, quand on a essayé d'en parler autour de nous de n'obtenir que cette réponse "C'est les affaires".

Qu'est-ce que ça veut dire ?

Les affaires, ce sont nos affaires et on le voit de façon malheureusement criante aujourd'hui. Ma colère est essentiellement dirigée contre tous les pleurnichards d'aujourd'hui, qui n'ont pas bougé le petit doigt hier.

Et puisque j'ai commencé, je n'en ai pas fini, mais chaque chose en son temps.

Aucune description de photo disponible.

 

Posté par mamiline à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2020

Et si on se demande les raisons de mes indignations, un exemple ci-dessous.

https://www.ouest-france.fr/nouvelle-aquitaine/bressuire-79300/confinement-pres-de-bressuire-verbalisation-dans-les-cimetieres-une-pratique-un-peu-facile-57fcb064-734b-11ea-bf99-a67a930a11b3?fbclid=IwAR3Nb5tTC_SUapNjNEVm_Gy98G0gPFg-d83BAQ3FpIzVaG4qF5BY6WvrrC0

[Lecteur du Courrier de l’Ouest, domicilié dans l’Argentonnais, Guy Joubert fait part de son agacement. « Comme beaucoup, je profite quotidiennement de ma sortie autorisée d’une heure muni de mon attestation de déplacement dérogatoire rédigée et datée comme il se doit. Je viens d’apprendre ce jour que plusieurs personnes du secteur de bonne foi munies de ladite attestation, profitant du passage devant leur cimetière communal, s’y sont arrêtées pour un petit moment de recueillement ou pour voir l’état de la tombe en cette semaine des Rameaux », décrit-il.

Or, «les gendarmes du secteur font actuellement des rondes régulières voire intensives des cimetières et verbalisent toute personne qu’ils y trouvent. Je trouve cette pratique un peu facile. Si la fréquentation des cimetières est interdite, pourquoi l’accès n’est-il pas fermé et pourquoi une affiche à l’entrée ne l’indique-t-elle pas ? », s’interroge notre lecteur, renvoyant ainsi la responsabilité aux mairies concernées.

Pour Guy Joubert «les attestations sont encore trop floues. Il ne faut pas s’étonner que les cabinets médicaux ne voient plus leurs patients qui ont trop peur de prendre une amende car on est capable de leur dire que leur déplacement n’entre pas indispensable. »]

ATTESTATIONS TROP FLOUES.... jusqu'où irons-nous ? On en redemande.... 

Où sont passés les cerveaux?

Vive la Liberté, vive la FRANCE...

Posté par mamiline à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ausweiss bitte.

https://blogs.mediapart.fr/edition/en-bigorre/article/300320/n-abandonnons-pas-notre-dignite-dans-une-attestation-de-circulation-0?utm_source=20200330&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[QUOTIDIENNE]-20200330&M_BT=1763334016941

 

N’abandonnons pas notre dignité dans une attestation de circulation

 

Parce que notre parole a autant de valeur que notre stylo ;

parce que nous imposer à chaque contrôle de présenter un papier qui ne dit rien d’autre que ce que nous pouvons déclarer oralement ;

parce que ce contrôle tatillon nie notre responsabilité et notre sens de l’intérêt commun ;

parce que la rédaction quotidienne, ou presque, de cette attestation normalise à terme un contrôle permanent ;

parce que présenter systématiquement ce document aux forces de l’ordre nous fait in-corporer ce geste, tend à en faire une habitude ;

parce que l’absence, l’oubli de ce document ne peut pas faire de nous un délinquant (la ministre de la justice ne voulait-elle pas que la non-présentation de l’attestation soit justement un délit ?)  note ;

parce que stigmatiser une partie des citoyens, c’est instaurer la suspicion généralisée ;

parce que créer des boucs-émissaires, mauvais Français qui sortent sans raison, c’est détourner des vraies responsabilités, des manquements du gouvernement dans cette crise ;

parce que cette obligation va à l’encontre des demandes de plus de transparence, de démocratie qui montent dans la société ;

parce qu’instaurer un État policier n’incite pas à la responsabilisation mais à l’évitement, au « jeu » du chat et de la souris, aux réactions mesquines et individualistes ;

parce que la normalité de demain qui nous est proposée, et imposée désormais – un monde policier et de contrôle encore plus quotidien – n’est pas celle que nous espérons;

parce qu’accepter de se soumettre, c’est cautionner un autoritarisme aveugle, et les dérives usurpant nos codes de valeurs ;

parce que c’est une manière de dire que nous refusons la soumission, la servitude volontaire, et de le dire en acte, de prendre conscience et refuser d’être la grenouille dans l’eau qui chauffe ;

parce que ce refus participe à l’ébauche d’une autre normalité demain, une normalité d’après la crise ;

parce qu’aussi il y a aujourd’hui de nombreuses personnes, notamment parmi les populations les plus en difficulté déjà, qui sont devenues des délinquantes pour rien ;

parce que refuser de présenter une attestation n’est pas refuser un confinement responsable ;

 

Refusons en nombre, au moins une fois, de présenter l’attestation de circulation.

 

Contestons l’amende et nous défendrons notre position devant les tribunaux.

Plus nous serons nombreux, plus notre démarche sera entendue, et plus nous regagnerons notre dignité.

 

Renaud de Bellefon, Alain Bonneau, Anne de Brouwer

 

__________________________

 

En pratique :

Toutes celles et tous ceux qui, en Haute-Bigorre et dans les Hautes-Pyrénées, ont été ou se feront verbaliser, n’hésitez pas à nous contacter, pour voir ensemble les suites à donner, pour bénéficier des conseils d’un avocat, à l’adresse suivante coronattestationrenaud@gmail.com

ou par tél ± SMS au : 07 66 75 36 24

 

Si vous êtes interpellé·e :

1) essayer de faire prendre en compte le maximum de précisions, notamment sur votre sortie. Plus elle est légitime et légitimée, plus la suite sera facile.

2) ne pas payer

3) décrire la situation le plus précisément possible (heure, lieu, personnes présentes, pourquoi je sortais, qu'est-ce que j’avais qui pouvait justifier ma sortie, oubli ou marre du papier, ou refus, manière dont elle a été traitée : les propos tenus de part et d’autre, éventuellement enregistrement audio ou vidéo, si possible le n° d’identification de l’infraction par la police ou la gendarmerie, nom, prénom, date et signature

4) suivre la procédure inscrite pour la contestation, tout en nous adressant copie que nous transmettrons à un·e avocat·e

5) On donnera après le contact avec l'avocat·e.

 

Par ailleurs, nous sommes prêts à recueillir tout témoignage permettant de mettre à jour des abus de pouvoir, de la délation (induite par les procédures et les propos du gouvernant) ainsi que la peur du virus. N’hésitez pas à nous contacter.

Posté par mamiline à 09:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Colères.

Il y a eu les gilets jaunes. De bonnes âmes se sont manifestées pour me rappeler que mes blogs "ne devaient pas déraper vers mes prises de position". Il y a de nombreuses personnes que je remercie, qui m'ont affirmé le contraire, mais je suis restée autant que je le pouvais sur ma réserve.

J'ai rongé mon frein, je n'ai que peu écrit. Au final mes colères intériorisées ne font qu'augmenter.

Alors, je vais me lâcher et reporter au gré de mes envies, non seulment mes colères mais aussi celles d'anonymes avec lesquels je suis en accord.

Puisse le ciel nous venir en aide.

Que chacun prenne soin de soi, c'est le plus important.

Pour commencer, voici une vidéo d'un maire en colère.

 

Posté par mamiline à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2020

Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. V. Hugo

« Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. Ils réclamaient la lumière avec le masque de la nuit. » Une vidéo à voir et partager : un extrait sublime des Misérables de Victor Hugo qui accompagne les images de l'insurrection des #GiletsJaunes. Ce texte écrit en 1862 continue de résonner avec les révoltes de 2018-2019. « Que voulaient-ils ? Ils voulaient la fin des oppressions, la fin des tyrannies, la fin du glaive, le travail pour l’homme, l’instruction pour l’enfant, la douceur sociale pour la femme, la liberté, l’égalité, la fraternité, le pain pour tous, l’idée pour tous, l'édénisation du monde, le Progrès ; et cette chose sainte, bonne et douce, le progrès, poussés à bout, hors d’eux-mêmes, ils la réclamaient terribles, demi-nus, la massue au poing, le rugissement à la bouche. C’étaient les sauvages, oui ; mais les sauvages de la civilisation. Ils proclamaient avec furie le droit ; ils voulaient, fût-ce par le tremblement et l’épouvante, forcer le genre humain au paradis. Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. Ils réclamaient la lumière avec le masque de la nuit. En regard de ces hommes, farouches, nous en convenons, et effrayants, mais farouches et effrayants pour le bien, il y a d’autres hommes, souriants, brodés, dorés, enrubannés, constellés, en bas de soie, en plumes blanches, en gants jaunes, en souliers vernis, qui, accoudés à une table de velours au coin d’une cheminée de marbre, insistent doucement pour le maintien et la conservation du passé, du moyen-âge, du droit divin, du fanatisme, de l’ignorance, de l’esclavage, de la peine de mort, de la guerre, glorifiant à demi-voix et avec politesse le sabre, le bûcher et l’échafaud. » Vidéo Le Média TV

Nous sommes toujours là, nous serons là, nous reviendrons.

Posté par mamiline à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Que faire en confinement ?

Nous avons tous des idées pour rendre notre confinement le moins déprimant possible. Nous avons tous nos petits trucs.

En ce qui me concerne, j'ai décidé de faire de la marche sur tapis de marche, un peu tous les jours, sans exception. Je pense aussi réviser mes leçons d'italien de la méthode Assimil. Mais pour je ne sais quelle raison je pense énormément au Tai Chi voire au Qi Gong. C'est le moment ou jamais pour moi de m'y intéresser.

Chose aussitôt pensée, ausitôt testée. Un petit tour sur youtube et je décide de commencer par cette vidéo :

Quels sont vos petits trucs ?

Posté par mamiline à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2020

Politique pure et dure.

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/renaud-girard-pour-ne-pas-laisser-la-situation-s-enliser-la-france-doit-reprendre-l-initiative-20200327?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3&fbclid=IwAR3TOPpX8yN02_V8_gqNu5rr80aNYwGiTmuotKBErxV5wfauWeeurLVfqJY

Extraits :

Les adversaires de Didier Raoult n’ont, eux, aucun scénario de sortie de crise à proposer.

Didier Raoult est l’un des plus grands infectiologues au monde. Professeur à Marseille, il a découvert 400 microbes (soit 20 % des microbes capables d’infecter l’Homme). Deux virus portent son nom en son hommage. Il a traité plusieurs milliers de patients à la chloroquine, médicament dont il est expert. Si votre maison est en feu et si un expert mondialement reconnu du secourisme vient vous secourir, vous ne pouvez pas refuser son aide au motif que son échelle n’est pas homologuée. Et ce d’autant plus que les adversaires de Didier Raoult n’ont, eux, aucun scénario de sortie de crise à proposer.

Voilà ce qu’il conviendrait de faire: étendre massivement et le plus tôt possible le protocole de soin recommandé par le Docteur Raoult puisque nous n’avons rien de mieux à proposer. En parallèle, continuons le programme Discovery. Si dans six semaines, la chloroquine n’a pas prouvé son efficacité sur le terrain, si un médicament a prouvé une efficacité supérieure dans le cadre du programme Discovery et si l’épidémie n’est pas retombée, alors il faudra abandonner la chloroquine et adopter cet autre médicament sans hésiter. Nous devons réfléchir en termes de réalisme, de pragmatisme et d’efficacité.

La chloroquine existe depuis 70 ans. Elle est peu chère et facile à fabriquer. Ses effets secondaires sont parfaitement connus et maîtrisés. Des centaines de millions de personnes en ont pris dans le monde, certaines pendant plusieurs années. Aux États-Unis, la Food and Drugs Administration (le gendarme du médicament américain), pourtant extrêmement tatillonne, a validé la décision de Trump de suivre le protocole du Docteur Raoult. Jusqu’en janvier 2020, elle était même en vente libre. Et le laboratoire Sanofi propose de nous fournir 300 000 doses gratuitement.

La chloroquine est un pari pascalien, c’est-à-dire un pari dans lequel il y a tout à gagner et rien à perdre.

La chloroquine est un pari pascalien, c’est-à-dire un pari dans lequel il y a tout à gagner et rien à perdre. Soit le traitement marche, et nous avons gagné, nous sommes tirés d’affaire. Soit le traitement ne marche pas et nous n’avons rien perdu. Car, pour l’instant, nous ne faisons rien.

Si le traitement marche et que nous ne l’utilisons pas, nous serons passés à côté de la solution et ce sera un énorme scandale politico-sanitaire. S’il ne marche pas, on ne pourra rien reprocher à ceux qui l’ont utilisée, car ils n’avaient alors rien de mieux sous la main. Tout ce qui peut être tenté pour sauver des vies, désengorger les hôpitaux et sortir de la crise doit être tenté au plus tôt. Le principe de précaution bien compris, c’est justement de faire le choix de la chloroquine. Nous n’avons rien à perdre.

Donc le dépistage est pour vous au cœur d’une stratégie efficace…

Oui.

Premièrement, le dépistage massif est la seule stratégie qui soit en accord avec l’éthique médicale. La mission d’un médecin, conformément au serment d’Hippocrate, est de diagnostiquer et de traiter. Certains patients sont peu ou pas symptomatiques au début de la maladie et ne sont pas testés. Mais ils ont en fait des lésions pulmonaires graves dont ils ignorent l’existence. Au bout de quelques jours, ils éprouvent des difficultés respiratoires lourdes et doivent être transportés en urgence à l’hôpital. Le dépistage permettrait d’éviter ce genre de situations. Il est sidérant de voir que certaines Agences Régionales de Santé (dont celle de Marseille) appellent à refuser le dépistage massif. Il vaudrait mieux dire la vérité aux Français: la France manque cruellement de tests!

Deuxièmement, le dépistage massif nous permettrait d’avoir une vision statistique plus claire. Pour l’instant, nous n’avons aucune visibilité et nous naviguons à l’aveugle. En effet, nous ne connaissons pas les vrais taux de contamination et de mortalité. Par exemple, en Italie, le taux de mortalité annoncé (8,5%) est biaisé, car très peu de gens sont testés, et ce sont des cas fortement symptomatiques. Si on connaissait le nombre réel de contaminés en France, on y verrait plus clair connaîtrait aussi le pourcentage exact de mortalité, qui est forcément beaucoup plus bas que le chiffre annoncé.

Troisièmement, le dépistage massif est une technique moderne, qui a prouvé son efficacité. L’OMS le recommande, avec le slogan: «Testez! Testez! Testez encore!» Hong Kong, Taïwan, Singapour et la Corée du Sud ont réussi à juguler la maladie grâce à une politique de tests massive. Et ce, sans recourir au confinement. Leurs résultats sont spectaculaires. Aucun mort à Singapour pour le moment, un seul à Taïwan, un nombre des cas qui décroît et une mortalité faible en Corée.

En France, vous ne serez pas testé même si vous présentez tous les symptômes alors qu’en Corée vous serez testé même si vous ne présentez aucun symptôme. En Corée, si vous êtes testé positif, on va vous demander la liste de toutes les personnes que vous avez rencontrées ces 72 dernières heures et on va les tester à leur tour. Si certaines d’entre elles sont aussi positives, on recommencera alors le même processus. Israël a également lancé un dépistage massif, y compris sur des parkings où des gens se font dépister dans leurs voitures. Emmanuel Macron a souvent vanté les mérites de la start-up nation. Eh bien une méthode moderne, digne d’une vraie start-up nation, c’est le dépistage de masse.

Une méthode moderne, digne d’une vraie start-up nation, c’est le dépistage de masse.

À ce sujet, Didier Raoult, fait preuve d’une compétence et d’un sang-froid qui le qualifieraient pour devenir le principal expert auprès d’Emmanuel Macron. À raison, ce grand médecin s’est demandé pourquoi la France était au vingtième rang mondial pour le nombre de tests par habitant…

Pour vous, quelles sont les conséquences politiques et idéologiques déjà observables de la crise du COVID-19?

La crise du COVID-19 signe la mort de trois idéologies: le communisme chinois, l’européisme et le mondialisme.

Le Parti Communiste chinois ne sortira pas indemne de cette crise. Le COVID-19 a été transmis à l’Homme à cause d’un marché aux animaux vivants, où les cages sont entassées les unes sur les autres, dans des conditions d’insalubrité répugnantes. Ces marchés étaient très courants en Chine. Le problème est que les autorités chinoises n’ont tenu aucun compte d’une précédente alerte. En novembre 2002, une épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère, dû aussi à un coronavirus) était née dans la province du Guangdong (sud-est de la Chine), sur un marché vendant lui aussi des animaux sauvages et domestiques vivants. Tous les scientifiques connaissent le danger des zoonoses (maladies infectieuses des animaux vertébrés transmissibles à l’homme). Pourtant, le pouvoir n’a jamais fait fermer ces marchés. Plus grave encore que cette imprudence, la deuxième faillite du PCC est venue de son addiction au mensonge d’État et à la dissimulation. Obsédées par l’impératif de garantir à tout prix la «stabilité sociale», les autorités de la région de Hubei ont préféré au départ fermer les yeux. Ils ont même sanctionné des médecins de l’hôpital central de Wuhan pour avoir sonné l’alerte. Les cadres du PCC, s’enfermant dans l’opacité, ont fait pendant trois semaines passer la logique d’un pouvoir prétendument infaillible avant la logique de la vérité médicale. Ces trois semaines perdues dans le combat initial contre le virus pèsent aujourd’hui très lourd. Si la maladie avait été traitée dès qu’elle a surgi, il n’y aurait pas aujourd’hui de pandémie. Le PCC n’a toujours pas expliqué au monde pourquoi il avait abruptement ordonné la fermeture du laboratoire de santé publique de l’Université Fudan (Shanghaï) le 12 janvier 2020. La veille, ce laboratoire de pointe avait publié le séquençage du virus COVID-19 sur virological.org, un forum scientifique de discussion sur les virus, en libre accès. C’est la publication de ces données sur le génome qui a permis la mise au point d’un nouveau kit de test pour diagnostiquer le virus. Aujourd’hui, la Chine, avec un sens magistral de la propagande, met en scène de manière spectaculaire son «aide» aux pays européens. Pourtant, en janvier, quand l’UE avait livré 56 tonnes de matériel aux Chinois, matériel qui nous fait aujourd’hui cruellement défaut, les autorités chinoises avaient demandé aux Européens de se montrer discrets.

L’idéologie européiste, qui considère la construction européenne comme un idéal en soi, au lieu de n’en faire qu’un usage pragmatique, a fait faillite.

La deuxième faillite est celle de l’idéologie européiste, qui considère la construction européenne comme un idéal en soi, au lieu de n’en faire qu’un usage pragmatique, dans l’intérêt concret des différentes nations de l’UE et de leurs peuples. Au moment où il fallait fermer les frontières hermétiquement pour empêcher la diffusion du virus (qui se fait toujours par l’homme), cela n’a pas été fait, au nom d’une idéologie européiste.

Le danger aujourd’hui est qu’on assiste à la mort de l’Union européenne, tant elle se montre peu efficace dans son combat contre l’épidémie et contre ses conséquences économiques. En Italie, après que la Russie eut annoncé l’envoi de matériel médical, de nombreux Italiens décrochent le drapeau européen pour le remplacer par le drapeau russe, estimant que l’UE les a abandonnés. L’entreprise Gruppo Colle, leader mondial dans la teinture de textiles, vient d’ailleurs de retirer le drapeau de l’UE de son siège social.

Enfin, l’idéologie du mondialisme, qui est celle de la division internationale du travail poussée au maximum, est aussi en faillite. II est inacceptable que la dernière usine qui fabrique du paracétamol en Europe ait fermé ses portes en 2008. Il est inacceptable que 80 % des principes actifs de nos médicaments soient fabriqués en dehors de l’UE (contre seulement 20 % il y a 30 ans). Il est inacceptable que nous dépendions aujourd’hui d’un pays aussi lointain et différent de nous que la Chine pour la fabrication de nos médicaments. Et ce d’autant plus que ce pays a ses propres intérêts et son propre agenda stratégiques: il peut donc utiliser ce terrible levier des médicaments comme moyen de pression et de chantage contre nous. Quand nous sortirons de cette pandémie, nous devrons établir d’urgence une réelle souveraineté économique et sanitaire européenne!

Nous devrons faire le choix de la réindustrialisation, du patriotisme économique et du protectionnisme stratégique.

Nous devrons faire le choix de la réindustrialisation, du patriotisme économique et du protectionnisme stratégique. Il faudra rétablir, à la Direction du Trésor, un authentique Bureau des investissements étrangers, digne de ce nom et doté de véritables moyens. Et ce pour éviter que nos fleurons industriels et technologiques soient ramassés à la casse par des investisseurs prédateurs étrangers, par exemple chinois.

Posté par mamiline à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Semaine du 23 au 29 mars 2020 avec une journée totalement végétale et sans viande de boeuf.

Défi réussi : une belle journée végétale et pas de boeuf du tout cette semaine.

lundi 23 : Crêpes "à l'œuf"

mardi 24 : Potée de saucisse au chou

mercredi 25 :  Côte de porc et flageolets ou reste de chou au choix/ salade de quinoa, maïs, thon à la tomate.

jeudi 26 : Filet de merlan aux épinards

vendredi 27 : Pizza végétarienne et salade verte

samedi 28 : beignets de calamar et ratatouille

dimanche 29 : poulet mariné-champignons  salade de pissenlit du jardin

CONFINEMENT OBLIGE: je prépare mes menus à l'avance, pour sortir le moins possible.

Je vous propose, donc mes prévisions, susceptibles de changer au fur et à mesure des jours.

lundi 30 mars : Côtes de porc ananas poëlé

mardi 31 mars : Truites - fondue de poireaux

mercredi 1er avril :  Tomates farcies - riz

jeudi 2 avril : Journée végétale avec carottes râpées, concombre, chausson pizza 

vendredi 3 avril : maquereaux au four, gratin de courgettes

samedi 4 avril : oeuf cocotte - salade d'endives

dimanche 5 avril : cuisse de poulet patate douce

lundi 6 avril : Steak haricots verts

mardi 7 avril : merlan au four

mercredi 8 avril : nems

jeudi 9 avril : Journée végétale steack végétal avec carottes râpées, concombre, ou chili sin carne

vendredi 10 avril : truite de France

samedi 11 avril : pâtes à la bolognaise

dimanche 12 avril : Poulet barbecue frites

C'est une grille qui devrait me permettre de ne pas sortir pendant au moins dix jours.

Posté par mamiline à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2020

Masques en Belgique.

Hier, alors que la polémique enflait (je ne le savais pas encore), j'ai exposé mon point de vue personnel concernant les masques-bricolages.

Avant toute chose, je tiens à rappeler que fabriquer un "objet" demande un minimum de réflexion quant à son utilisation, concernant tout à la fois les conditions d'utilisation et d'hygiène strictes à respecter.

Aujourd'hui, je découvre cet article : https://coursdecouture.org/petition-production-locale-masque/?fbclid=IwAR3d1OLqoAlFADh-ApEJ1pgIyf3YFIf1-GBqDhTxZGtwY6cyGdP1E08LuR8

En voici quelques extraits.

[...]Tout le monde sait bien que ces masques ont une utilité limitée, et malheureusement certaine fake news tentent d’argumenter que un masque en coton augmenterait les risques, heureusement, il y un consortium de scientifiques positionnés en faveur « du mieux que rien »

En effet, nous pensons qu’ensemble, nous pouvons limiter sérieusement la diffusion de cette pandémie. Nous ne prétendons pas avoir une solution magique qui va guérir des malades mais nous sommes persuadés qu’il faut réunir tous les moyens disponibles au plus vite, ce qui n’est pas le cas pour le moment, malgré l’état d’urgence et les morts par centaines.

 [...]

Si 1% de la population belge produit, ne serait-ce que 30 masques par jour, en 2 jours, tout le monde aurait son masque pour aller faire ses courses, tous les infirmiers, kinés, pharmaciens, policiers, éboueurs, et j’en passe serait équipé.

 

[...]

Nous demandons que :

  • Les journaux télévisés et les agences de presse publient des tutoriels couture : introduction à la machine à coudre, explication des différents tissus, confection de masques et autres accessoires utiles, travail à la chaine et productivité
  • Que soit rendu illégal la vente de ces masques. Il n’est pas envisageable que des personnes fassent du profit pendant cette période noire

L'enfer est pavé de bonnes intentions... à chacun de se faire sa propre opinion. Personnellement je suis pleine de doutes et je fais pour moi ce que bon me semble.

 

Posté par mamiline à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2020

Les masques DIY.

Tout d'abord je vous livre le message d'un ami. Un ami sérieux qui travaille dans le domaine de la santé.

Je le copie sans en changer un mot, et après je vous dis comment, moi, la gueuse, qu'on range dans "les gens qui ne sont rien" par opposition aux "premiers de cordée" voit les choses.

"Une collègue a fait des recherches et à trouvé des publications qui montrent que non seulement un masque tissu ne filtre "certainement" pas assez (selon sa fabrication) MAIS SURTOUT, vu sa structure et son re emploi il expose à une très fort risque d'infection bactérienne. Donc on évite. (C'est un article scientifique digne de confiance)"

Ma première idée a été de me demander,
- si entre rien du tout, un peu comme circuler en voiture sans sa ceinture de sécurité, et mettre sa ceinture  dont on sait parfaitement qu'elle ne nous met pas à l'abri de l'accident mortel pour soi-même ni les autres conducteurs,
- est-ce que, par hasard, je ne choisirais pas à chaque voyage de mettre ma ceinture de sécurité ?

Sans titre 1

La réponse est évidente. Pourquoi n'en serait-il pas de même avec les masques ? Je vais dans la rue "à poil", je mets mon écharpe sur mon nez pour éviter les gouttelettes ?  Perso, je choisis l'écharpe.

Deuxième idée toute personnelle : est-il possible de se fabriquer un cache-nez pratique ? Voire un masque.

Petit tour sur google. On y trouve différents masques à fabriquer en tissu. Je ne tarde pas à trouver ce site :

https://www.cnews.fr/france/2020-03-21/le-chu-de-grenoble-montre-son-personnel-comment-fabriquer-ses-propres-masques
et de recherches en recherches je m'aperçois que ce type de fabrication est demandée par divers CHU.

Soyons bien clairs, il ne s'agit pas de masques destinés aux personnels soignants en contact avec des personnes infectées par le coronavirus. Non, il ne s'adresse qu'aux personnes n'étant précisément pas au contact de malades. Dans un premier temps mon idée était (comme on nous le répète) de ne protéger que les autres de mes propres projections. Ce faisant, je me dis que ce qui peut se faire de l'intérieur du masque vers l'extérieur devrait aussi être utile de l'extérieur vers l'intérieur....

Arrivée à ce stade de mes réflexions, j'étais encore en plein doute. Dès lors, je me tourne vers mon ami qui me donne la réponse ci-dessus. J'ai beau lire et relire, il me dit bien " un masque tissu ne filtre "certainement" pas assez ". OK. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne filtrerait rien, absolument rien.

Son deuxième argument concerne la prolifération de bactéries éventuelles. Á nouveau OK. 

Bien évidemment la polémique enfle à ce sujet. Je vous conseille fort, avant de vous lancer dans l'aventure,  de lire cet article :
https://www.sudouest.fr/2020/03/24/coronavirus-non-au-masques-en-tissu-fabriques-maison-dit-l-ars-7358803-2780.php?fbclid=IwAR2rQ09dhJ18uhu3Zr0j5efllRySF3R-5HtMDdsiAcPoDvvDPWtTwrPmRkQ


Le docteur Habold reconnaît que des masques en tissu "peuvent être utilisés pour faire face à certaines situations comme dans la chaîne alimentaire, mais en aucun cas dans d’autres situations car ils sont vraiment insuffisants par rapport aux masques chirurgicaux qui, eux-mêmes sont inférieurs aux masques FFP."

Alors, au final, je vais faire, non pas des masques en tissu dont on est en droit de penser qu'ils sont dangereux, MAIS un petit protège-nez en tissu très lavable, pour ne pas recevoir en pleine figure les  projections d'autrui.

Mon interprétation.

A) Les infos en notre possession sont que le "petit machin" ne se développe que sur nos muqueuses (nez, œil, bouche), qu'il meure en 30 minutes à l'air libre, et parfois, il vit un peu plus longtemps sur certains matériaux.

B) Les détergents classiques seraient virucides. Par ailleurs sur le site mentionné plus haut il  est demandé de laver quotidiennement les masques à 30°. En outre, il nous est précisé si on cherche d'autres sources d'information que l'eau de javel diluée est virucide, selon moi, elle n'est pas que virucide, mais aussi bactéricide et bien plus encore. Donc, si de retour de mes sorties (rares et le plus courtes possible) je passe gants et mon "DIY" dans une solution javellisée puis que je les lave à 60° avec du détergent, je dois bien pouvoir utiliser mon bidouillage maison sans avoir pris de risques. 

C) Mon protège-nez ne filtrera "pas assez", c'est entendu, mais ce qu'il filtrera pourrait bien me préserver à  minima.

D) Il faut prendre de multiples précautions lors de son utilisation. Je vous donne mon protocole personnel.

- Ne pas sortir sans porter des lunettes qui protègeront vos yeux.

- Retirer le  tissu, tant qu'on porte encore nos gants, et le plus possible dans une pièce comme une entrée, un garage, un endroit dans lequel nous ne sommes pas confinés. Le mettre aussitôt dans une bassine, préparée à l'avance, contenant eau+javel.

-  Laisser "pauser" nos sacs de courses dans ce même lieu pendant au moins une demi-heure avant de les ranger.

- Retirer et laisser nos vêtements dans ce même lieu (vestes, etc... ), ainsi que nos chaussures, pour ne pas les emmener avec nous dans les pièces dans lesquelles nous vivons.

- Quand nous avons bien respecté ce protocole, retirer les gants et nous laver SOIGNEUSEMENT nos mains soit avec du savon soit avec du gel (introuvable).

Savon de Marseille à l'huile d'olive Marius Fabre 200g Gel Hydro désinfectant hydroalcoolique pour les mains - 75 ml

Avec mon esprit de contradiction, j'ai du mal à comprendre que si les masques en tissu peuvent être utilisés  dans la chaîne alimentaire, ils ne peuvent en aucun cas être utilisés  dans d’autres situations. Ils sont vraiment insuffisants par rapport aux masques chirurgicaux qui, eux-mêmes sont inférieurs aux masques FFP. De ce point de vue, il faut en être bien conscients. Que l'ARS prenne peur... c'est la moindre des choses. Cependant quand on voit l'efficacité de ce qui nous est proposé. Petit rappel de ce que notre bel état providence nous propose : http://mamiline.canalblog.com/archives/2020/03/21/38120158.html

 

Dans ce monde d'irresponsables qui prennent pour toute une nation des décisions hautement discutables, je me permets de décider pour moi-même. Je m'attends à ce que sous peu, nos merveilleuses Forces du Désordre, reçoivent des consignes qui les convaincront de verbaliser les porteurs de masques en tissu.

Pour finir, le docteur Habold rappelle que "la seule recette qui est pour l’instant valable pour confectionner des masques en tissu est celle établie à partir de deux types précis de tissus identifiés par l’ARS de Lille et des scientifiques (1). De plus, ces masques sont pour des non-soignants et des non-malades."

(1) Un brevet a été déposé et la fabrication industrielle de ce modèle de masque en tissu a démarré ce week-end.

 

Hum, hum, "brevet déposé", tiens tiens... ça raisonne un peu comme "si tu veux faire, tu dois passer à la caisse".

Posté par mamiline à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2020

Comment en finir avec la pandémie.

Je retranscris ici une partie du message reçu par un professionnel de santé.

"Dans un monde idéal, tous confinés et sorties juste avec FFP2, le problème est réglé !"

Et ça, la France n'est pas capable de le faire ? On en parle surtout pas, des fois qu'"on" sauverait des vies...

Ça me fait froid dans le dos....

 Protégeons-nous.

Posté par mamiline à 12:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 mars 2020

Nicolae Ceaușescu.

Il était une fois en Roumanie un dictateur qui répondait au nom de Nicolae Ceaușescu. Vous n'avez sans doute pas oublié ce Président. Souvenez-vous, il donnait des leçons d'hygiène à son peuple.

"Il faut vous laver les dents avec une brosse à dents, disait-il,

- Mais nous n'avons pas d'argent pour en acheter, lui répondit son peuple,

- Qu'à cela ne tienne, vous pouvez vous laver les dents avec vos doigts."

Non, ce n'est pas un vilain conte pour enfant, c'est un fait historique.

Pourquoi est-ce que je vous raconte ça ? Parce que je connais un vilain conte pour grandes personnes. Le voici. 

"Il faut porter des masques, disaient nos grands hommes et leurs larbins,

- Mais il n'y en a pas en France,

- Ce n'est pas grave, ils ne vous serviraient à rien,

- Il faut mettre des gants,

- Mais il n'y en a plus en France,

- Ce n'est pas grave, ils ne vous serviraient à rien,

- Il est indipensable de vous laver les mains avec du  gel hydroalcoolique,

- Mais il n'y en a plus en France,

- Ce n'est pas grave, lavez-vous les mains avec du savon"

Actuellement nous en sommes là, on dirait bien qu'on ressemble un peu à la Roumanie du temps de Nicolae Ceaușescu, non ?

Et puisque on ne sait ni quand, ni comment, va se terminer la crise que nous vivons actuellement, j'ai envisagé la suite de cette chronique.

"Il faut vous laver les mains avec du savon,

- Mais nous vivons une pénurie actuellement,

- Ce n'est pas grave, utilisez votre dentifrice".

Quand nous en serons arrivés à ce stade, nous serons arrivés au début de mon histoire qui n'est toujours pas un conte pour les enfants gentils. 

Je me permets de vous faire remarquer que nous sommes sur l'avant dernière marche de notre descente.

Une note d'espoir : vous savez comment a fini le grand homme de Roumanie dans ce vilain conte pour grandes personnes.

Posté par mamiline à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]